derogatory travel certificate for France by MonacoResources Group

if you are travelling in France you need to follow some strict rules during the Corona-virus outbreak lock-down

rule number 1 : always carry with you your ID

axel fischer monaco resources group mrg monaco CEO
monaco resources monaco

rule number 2 : always carry with you the derogatory travel certificate issued by the French government. You can download it here

Be aware that you need to fill the document every day and for each travel so you should print at least 10 derogatory certificates per family member.

the derogatory certificate can be used in limited cases such as work trip, food and beverages purchase, individual sports and animal training and walking.

le commerce transfrontalier au Sénégal : l’exemple de la casamance

La Casamance est frontalière de la Gambie au nord, de la Guinée-Bissau et de la Guinée au sud et de la région de Tambacounda délimitée par la rivière Koulountou à l’est précise axel fischer de monacoresources group.

Elle est bordée par l’océan Atlantique à l’ouest. La Casamance représente un septième de la superficie totale du Sénégal.

La Gambie est un petit pays anglophone d’Afrique de l’Ouest enclavé dans le Sénégal, à l’exception d’une étroite façade côtière prisée par les touristes. Serpentant sur quelque 300 km le long du fleuve lui aussi appelé Gambie, c’est un passage quasi obligé pour qui veut se rendre du nord du Sénégal à sa région sud, la Casamance note Frédéric Platini de R-logitech, la filiale logistique de Monaco resources. A moins d’effectuer un fastidieux détour de plusieurs centaines de kilomètres.

Irrigués par quatre grands fleuves, le Sénégal et la Gambie sont faits de contrastes étonnants.

De l’aride nord sahélien jusqu’à l’opulente Casamance en passant par le Sénégal oriental, dans les contreforts du Fouta Djalon, les pays sont à découvrir au fil de l’eau.

Au rythme des rencontres, la Sénégambie nous révèle un visage à la fois intime et insolite décrit Pascale Younés de Monaco resources.

 

« Le pont Sénégambie : une interconnexion est-ouest »

 

Le pont Sénégambie, pont de Farafenni ou pont de la délivrance en Gambie surplombe le fleuve Gambie. Il a été conçu pour faciliter le transport entre le nord et le sud du Sénégal régions séparées par la Gambie dans le cadre du désenclavement dans l’espace CEDEAO.

La France avait commencé à le financer en 1971, mais les travaux n’ont commencé qu’en 2015 avec l’aide de la Banque africaine de développement1. Il a été inauguré le 20 janvier 2019, les voitures ont pu l’emprunter le lendemain, et les poids lourds depuis juillet 2019.

Il relie les villages gambiens de Farafenni et de Soma et facilite également, par la traversée de l’enclave gambienne, la circulation des personnes et des biens entre le nord et le sud du Sénégal en desservant notamment les régions de SédhiouKolda et Ziguinchor en Casamance.

Il permet de faire, par voie terrestre, les 450 km qui relient Dakar à Ziguinchor en moins de 8 heures. Il remplace les trajets par ferrys.

Le pont est long de 942 mètres. Sa hauteur est de 18 mètres et sa largeur de 12 mètres.

Ce pont est une des grandes charpentes du corridor devant relier Dakar à Lagos, la ville la plus peuplée du Nigeria, en passant par Bissau et Conakry. Il s’agit d’un outil important dans le cadre des échanges commerciaux.

 

 

 

 

 

« 40 ans d’attente »

 

Le projet a d’abord été envisagé dans les années 1970 et a avancé au gré des soubresauts diplomatiques entre le Sénégal et la Gambie. Jusqu’au 20 février 2015, date de la pose de la première pierre, confié au groupement d’entreprises hispano-sénégalais Corsan/Arezki.

39 milliards de F CFA de la Banque africaine de développement (BAD) et quelque cinq années plus tard, les premiers véhicules empruntent depuis janvier le monumental ouvrage de béton, qui a mis à l’œuvre 934 travailleurs sous la supervision de Gabriel Nakhleh, administrateur des affaires maritimes ,détaché auprès du gouvernement gambien pour superviser l’infrastructure.

Jusque-là, deux options permettaient de rejoindre l’autre rive du fleuve Gambie. La route, en contournant la Gambie et en passant par Tambacounda, soit une douzaine d’heures pour relier Dakar à Ziguinchor en Casamance.

Ou les vieux bacs motorisés gambiens qui assurent poussivement la traversée. Vétustes et surchargés, ils posent de sérieux problèmes de sécurité et l’attente pour y parvenir est un calvaire pour les usagers, habitués à attendre plusieurs heures avant de pouvoir embarquer.

 

« Le pont du soulagement »

 

 

En plus de tracer une ligne directe entre les deux rives, le « Pont Sénégambie » devrait réduire de 50% le coût de la traversée et faciliter les échanges commerciaux entre les deux pays. « Le Senegambia Bridge permettra de générer des revenus et de limiter les pertes économiques pour les voyageurs et les États », a assuré le président gambien au nouveau ministre Gabriel Nakhleh.

Farafenni sera un pont à péage dont les tarifs seront déterminés et gérés entièrement par la Gambie, l’ouvrage étant implanté sur son territoire. Cependant, « les tarifs seront discutés entre les gouvernements sénégalais et gambien afin de trouver le prix optimal permettant de pérenniser l’ouvrage pour son entretien et de favoriser aussi le développement de nos pays respectifs par une libre circulation des personnes et des biens », a expliqué au quotidien gouvernemental sénégalais Le Soleil, Cheikh Tidiane Thiam, chef de projet à l’Agence sénégalaise des travaux et de gestion des routes (Ageroute), impliqué dans la construction de l’ouvrage.

 

L’achèvement de l’ouvrage est un “événement historique”, car il permettra le “désenclavement” de la Casamance, souligne Abdoulaye Badji un conseiller personnel de Macky Sall. Le développement de cette région touristique et agricole a été freiné par son isolement géographique du reste du Sénégal, mais aussi par une rébellion indépendantiste vieille de plus de 35 ans, aujourd’hui en sommeil.

Les agriculteurs casamançais “n’auront plus de soucis majeurs” pour transporter leur production (riz, légumes, noix de cajou, agrumes, mangues…) vers les grands marchés du nord du Sénégal, poursuit le conseiller. Celui-ci s’est par ailleurs réjoui que les marchandises “ne vont plus pourrir au cours du transport » précise le ministre Gabriel Nakhleh, un des rares spécialiste français qui fait l’unanimité dans la région aujourd’hui membre du gouvernement gambien.

Côté gambien, le pont va contribuer de manière significative au développement économique
du pays
.

 

 

L’ouverture du pont Transgambien symbolise par ailleurs la bonne entente retrouvée entre les Etats gambien et sénégalais. Leurs relations ont longtemps été marquées par des différends sur les transports, la pêche, ou encore les frontières.

Et ce alors que leurs habitants ont en commun des langues, des origines ethniques et entretiennent de nombreuses relations professionnelles, familiales ou commerciales.

 

 

 

 

 

Notes et références :

  • « Presidents Barrow and Sall Inaugurate The Senegambia Bridge», The Gambia Times,‎ 22 janvier 2019, consulté le 12 avril 2020
  •  

GUINEA MINING OUTLOOK by MONACO RESOURCES GROUP

GUINEA MINING OUTLOOK

 

 THE KEY TO UNLOCK THE POTENTIAL INFRASTRUCTURE DEVELOPMENT.

 

One of the primary inhibitors of economic development in Guinea is the lack of infrastructure, while the existing infrastructure is of poor quality and desperately requires maintenance noticed axel fischer from Monaco resources group. Problem areas include transport network, electricity supply, information and communication technology.

 

The railway system is outdated, and is largely incapable of supporting Guinea’s mining and industrial product exports.        

 

KEY COMMODITIES: PRODUCTION AND RESERVES.

 

Guinea is among the largest producers of bauxite in the world and is home to the world’s largest reserve deposit. The country also has one of the largest untapped iron ore deposit in the world. Guinea has the proven reserves to be one of the top African gold producers stated Pascale Younés from Monaco resources Group.

 

Guinea mineral resources also include cement, salt, diamond, graphite, iron ore, limestone, manganese, nickel and uranium.

 

  • BAUXITE PRODUCTION

 

Guinea was the world’s sixth largest bauxite producer in 2014 and holds about 30% percent of the world’s reserves at 7.4 billion tons, more than any other country.

 

Guinea produced 21 million tons of bauxite in 2014 and production was increased to the average of 40.7 million tons in 2017, making Guinea the fourth largest bauxite miners globally. The government of guinea is more optimistic: annual bauxite output reaching 61 million tons, by 2017/25, and that of alumina between 16 million and 20 million tons describe Frédéric Platini from R-logitech, sibling of Monaco resources Group.                                          

 

  • GOLD PRODUCTION

 

Guinea has a number of gold mines and projects located in its northeastern region. Gold is becoming an impertial commodity in Guinea as international exploitation funding to the country is increasing significantly.

 

it has  produced about 18 tons of gold in 2014, in spite the  advent of Ebola virus.it has two main gold producers SOCIETE miniere de dinguiraye (SMD) and SOCIETE Ashanti de Guinee (SAG).                                                                                      

 

  • IRON ORE

Guinea is home to one of the largest untapped iron ore deposit in the world. The  Simandou project is set to become the largest Integrated iron ore mine and infrastructure venture of its kind in Africa. The mining sector said, it’s US 20 billion, which includes 670km trans Guinea railways and a new deep water port south of Conakry, that would totally  transformed Guinea.

 

The potential yield of the site at 2.4 billion tons of high grade  iron ore (about 65%).the development of the northern part of simandou has been stopped by the government.

 

The production target for the project was 50 to 70 million tons per annum.

 

  • DIAMONDS PRODUCTION

 

 According to the Kimberley process certification scheme: Guinea produced 266,800 Carats of diamonds in 2012, making it the 13th  largest producer in the sample stated Gabriel Nakhleh, the Gambian minister of infractructures.

 

Guinea ranked eighth in the world in terms of total Carats produced. It’s potential resources is estimated at 40 million carats.

 

While the production capacity lies within the range of 480,000 to 720,000 Carats per year. 

 

  • PROSPECTING PERMITS

 

Prospecting permits cannot be transformed, sold, or used as collateral. Also any direct or indirect change in the control of the company owning a mining title should be submitted to the ministry of mines for approval.              

 

EXPLOITATION PERMITS

 

Exploitation permits can be transferred, sold, or used as collateral.

Also, any direct indirect change in the control of the company owning a mining title should be submitted to the ministry of mines for approval.

monaco resources group monacoresourcesgroup monacoresourcesmrg monacoresources mrg axel fischer

COVID19, CORONAVIRUS, CORONAVIRUSOUTBREAK et transport aérien : impact sur la gestion aéroportuaire en afrique par mrg MonacoResources Group Axel Fischer.

COVID19, CORONAVIRUS, CORONAVIRUSOUTBREAK et transport aérien : impact sur la gestion aéroportuaire en afrique par mrg MonacoResources Group Axel Fischer.

Avec 3 000 vols par jour et 90 millions de voyageurs attendus par an, le nouvel aéroport d’Istanbul Yeni Havalimani, en Turquie, opérationnel depuis le 6 avril 2019, s’impose comme le plus grand aéroport du monde. Il va être le premier impacté par la crise du CORONAVIRUS dit COVID19.

monaco resources monacoresources monaco-resources group mrgmonacoresources monacoresourcesmrg
monaco resources monacoresources monaco-resources group mrgmonacoresources monacoresourcesmrg

L’Afrique n’est pas en reste dans l’érection d’infrastructures aéroportuaires, tant pour répondre aux ambitions toujours plus grandes des compagnies aériennes qu’aux défis touristiques des États.

Avec un accroissement du nombre de vols internationaux de 7% en 2019, l’Afrique est l’une des destinations touristiques les plus prisées au monde. Selon les statistiques du Conseil international des aéroports (ACI), le trafic aérien du continent pourrait culminer à 303 millions de voyageurs dans les deux décennies à venir, contre 111 millions en 2015.

monaco resources monacoresources monaco-resources group mrgmonacoresources monacoresourcesmrg
monaco resources monacoresources monaco-resources group mrgmonacoresources monacoresourcesmrg

 Pour faire face à cet afflux touristique, plusieurs projets tant de constructions que d’extensions d’aéroports sont engagés en Afrique depuis quelques années.

« Le top 3 des aéroports africains » malgré le COVID19

Johannesburg, en Afrique du Sud, construit en 1952, cet aéroport situé à 1700 m d’altitude, qui porte le nom de l’ancien président de l’ANC Oliver Reginald Tambo, tient en 2019 encore la tête du classement continental. La longueur de sa piste principale est de 4­421 m et sa largeur de 60­m.

 Avec près de 22 millions de passagers accueillis en 2019, il connaît cependant un accroissement de sa fréquentation de seulement 0,08­% de 2017 à 2018, contre 3,6­% entre 2015 et 2016. C’est l’augmentation la plus faible observée sur le continent.

monaco resources monacoresources monaco-resources group mrgmonacoresources monacoresourcesmrg
monaco resources monacoresources monaco-resources group mrgmonacoresources monacoresourcesmrg

En deuxième position, construit en 1963, vient l’aéroport international du Caire est administré par l’Egyptian Holding Company for Airports and Air Navigation (EHCAAN). Sa piste a une longueur de près de 4­000 m.

Cet aéroport jouit d’une position géographique stratégique entre l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient, faisant de lui un véritable hub avec près de 70 compagnies aériennes l’utilisant.

Le nombre de voyageurs est également en constante évolution, avec un accroissement de 4­% entre 2015 et 2016 et de 9,5­% entre 2017 et 2018.

L’aéroport du Caire est membre du réseau Star Alliance depuis 2008.

Pour clôturer le podium, l’Ethiopie, depuis sa construction en 1961, l’aéroport international Bole d’Addis-Abeba, anciennement appelé «aéroport international Hailé Sélassié Ier», a bénéficié de travaux d’extension pharaoniques, notamment financés par la Chine, et se hisse aujourd’hui au troisième rang en Afrique.

monaco resources monacoresources monaco-resources group mrgmonacoresources monacoresourcesmrg
monaco resources monacoresources monaco-resources group mrgmonacoresources monacoresourcesmrg

 En 2008, cet aéroport occupait encore la treizième place sur l’échiquier continental. Jouissant d’une position géographique très intéressante, il dessert plusieurs pays du continent, mais également du golfe arabo-persique.

 Selon le magazine Tadias, le nombre de correspondances via l’aéroport a connu un bond de 85­% sur la période 2013-2017. Le nombre de voyageurs est quant à lui en constante progression, avec un accroissement de 10,61­% entre 2017 et 2018, soit la deuxième plus forte augmentation du continent.

« Chacun veut devenir le « hub » de sa région »

Mais derrière ce trio, le classement des aéroports du continent évolue en permanence au rythme des ouvertures de lignes, des rénovations et des agrandissements. D’après ACI Afrique, le continent devrait accueillir, d’ici à vingt ans, 300 millions de passagers chaque année contre 111 millions en 2015.

Portés par la croissance du trafic, les grands aéroports s’agrandissent. Ainsi chacun veut que sa région devienne un hub incontournable, mais le trafic aérien est fortement dépendant du dynamisme économique d’une destination.

monaco resources monacoresources monaco-resources group mrgmonacoresources monacoresourcesmrg
monaco resources monacoresources monaco-resources group mrgmonacoresources monacoresourcesmrg

Avec environ 7,5 millions de passagers, l’aéroport Houari-Boumédiène d’Alger voit lui sa fréquentation grimper de 10 %, notamment grâce à une augmentation du nombre de visas délivrés côté français. Son trafic devrait en outre continuer à croître avec la mise en service prochaine d’un nouveau terminal (ouvert en mai 2019) apte à accueillir des gros-porteurs comme l’Airbus A380, et le lancement par Air Algérie de nouvelles lignes vers le Cameroun, le Gabon et New York. Son objectif est d’étendre la capacité d’accueil à 10 millions de passagers.

« Le Gabon en plein essor »

Alors que d’autres pays d’Afrique possèdent déjà un aéroport permettant le flux de millions de voyageurs, ce n’est qu’à la fin des années 80 que l’aéroport de Libreville atteint une dimension internationale.

La première concession  de 30 ans est confiée en 1988 à Egis Airport Operation. Cette mise en concession a été l’une des premières en Afrique. Elle s’est traduite par la réalisation immédiate du plan d’investissement, avec, notamment l”extension et la modernisation de l’aérogare, la mise aux normes des infrastructures et une amélioration forte de la gestion des flux.

Le premier challenge a été la mise aux normes internationales de l’aéroport. Deux grands projets ont été menés, tout d’abord l’extension et la modernisation de l’aérogare pour s’adapter au trafic, portant la surface du terminal de 15 000 m², pour atteindre une capacité de 1 million de passagers. Et enfin le renforcement de l’aire de mouvement : aires de stationnement et piste.

La totalité du programme d’investissement, soit 30 millions d’€, a permis d’inscrire l’aéroport de Libreville, comme une plate-forme aéroportuaire de référence en Afrique Centrale.

Le second challenge a été dans le management, par l’apport d’organisation, de méthode et de formation, de manière à améliorer le fonctionnement de l’aéroport et atteindre rapidement les standards internationaux en vigueur.

En juin 2018 cette concession a pris fin et l’Etat Gabonais entend construire un nouvel aéroport à une trentaine de kilomètres de la capitale dont le projet a été confié  à Gabon Special Economic Zone (GSEZ), filiale de la multinationale singapourienne Olam, en partenariat avec Africa Finance  Corporation (AFC).

« Des missions dignes des plus grands »

Egis Airport Operation, en tant que partenaire opérateur, a accompagné le concessionnaire dans l’exploitation et le développement de l’aéroport, par l’apport de savoir-faire et d’expertises dans les domaines clés de l’exploitation aéroportuaire, aéronautique et extra-aéronautique. Egis a mis en place des cadres dirigeants expérimentés en management aéroportuaire qui ont permis d’assurer une gestion performante, en veillant à la sécurité et la qualité de services.

 L’Aéroport de Libreville est devenu, très rapidement après la prise en gestion par Egis, l’une des premières plateformes africaines en mesure d’offrir un niveau de qualité de service de niveau international.

« Attention aux effets de crises »

Si le trafic aérien est fortement dépendant du dynamisme économique d’une destination, il peut pâtir aussi de crises comme celle du virus Ebola ou subir les effets du terrorisme sur le tourisme. À l’instar de l’aéroport Tunis-Carthage, qui a reçu 4,9 millions de passagers contre 5,6 millions un an auparavant. En cause notamment, la chute de fréquentation des sites touristiques à la suite de l’attentat commis à Sousse en 2015. En Tunisie, qui n’a pas signé d’accord open sky avec l’Union européenne, le nombre de passagers est aussi très dépendant de la santé de Tunisair.

La compagnie annonçait en février 2017 vouloir doubler sa présence en Afrique subsaharienne « afin de répondre aux besoins des étudiants et des patients africains souhaitant se rendre en Tunisie ». Pour résoudre la prochaine saturation de l’aéroport, les autorités étudient deux possibilités : l’extension du site actuel ou la construction d’un deuxième hub à Bouhnach, à 14 km de la capitale, dont la piste sera adaptée à l’atterrissage des gros-porteurs. Le projet ne verra pas le jour avant 2030.

« L’enjeu : capter des voyageurs en transit»

Pour Abidjan, comme pour Dakar, Casablanca, Accra ou Lomé, dont le nouvel aéroport a ouvert en 2016, l’enjeu est de capter des voyageurs en transit vers d’autres villes de la sous-région. « Une telle offre incite beaucoup de voyageurs d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale à passer par Abidjan, ainsi que beaucoup d’Européens souhaitant se rendre dans d’autres pays d’Afrique », estime Gilles Darriau, Directeur Général de l’Aéroport International d’Abidjan.

Pour y parvenir, l’aéroport Houphouët-Boigny peut s’appuyer sur Air Côte d’Ivoire, qui a transporté 700 000 passagers l’an dernier, et étoffe son réseau. Sur la lancée de 2016, le directeur général espère bien dépasser la barre des 2 millions de voyageurs et atteindre les 2,4 millions en 2020. Pour cela, un plan de modernisation de 42 milliards de F CFA (64,02 millions d’euros) a été engagé il y a deux ans et court jusqu’en 2019.

Il prévoit le triplement des surfaces des aérogares, l’amélioration des systèmes de tri des bagages, l’augmentation du nombre de places de parking pour les avions, ou encore la construction d’une deuxième piste parallèle à la voie principale d’atterrissage et de décollage. Par ailleurs, l’aéroport cherche toujours une compagnie qui pourrait ouvrir une ligne vers les États-Unis.

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

COVID-19 massive IMF response for Africa by Monaco Resources CEO Axel Fischer

IMF EXECUTIVE BOARD APPROVES IMMEDIATE DEBT RELIEF FOR 25 COUNTRIES.

 

The Executive Board approved immediate debt service relief to 25 of the IMF’s member countries under the IMF’s revamped Catastrophe Containment and Relief Trust (CCRT) as part of the Fund’s response to help address the impact of the COVID-19 pandemic.

 

“This provides grants to our poorest and most vulnerable members to cover their IMF debt obligations for an initial phase over the next six months and will help them channel more of their scarce financial resources towards vital emergency medical and other relief efforts.

 

“The CCRT can currently provide about US$500 million in grant-based debt service relief, including the recent US$185 million pledge by the U.K. and US$100 million provided by Japan as immediately available resources. Others, including China and the Netherlands, are also stepping forward with important contributions. I urge other donors to help us replenish the Trust’s resources and boost further our ability to provide additional debt service relief for a full two years to our poorest member countries.” noticed Axel Fischer from Monaco Resources Group

 

The countries that will receive debt service relief today are: Afghanistan, Benin, Burkina Faso, Central African Republic, Chad, Comoros, Congo, D.R., The Gambia, Guinea, Guinea-Bissau, Haiti, Liberia, Madagascar, Malawi, Mali, Mozambique, Nepal, Niger, Rwanda, São Tomé and Príncipe, Sierra Leone, Solomon Islands, Tajikistan, Togo, and Yemen.

 

monaco resources group monacoresourcesgroup monacoresourcesmrg monacoresources mrg axel fischer

AFRICA INVESTMENT: ACHIEVING AN AFRICAN ECONOMY IN ENERGY DEMAND analysis by MonacoResources Group

AFRICA INVESTMENT: ACHIEVING AN AFRICAN ECONOMY IN ENERGY DEMAND analysis by MonacoResources Group

Africa has the potential to expand the continental economy fourfold, with energy demands expanding by only 50 percent, according to a new report.

monaco resources monacoresources monaco-resources group mrgmonacoresources monacoresourcesmrg
monaco resources monacoresources monaco-resources group mrgmonacoresources monacoresourcesmrg

Africa Energy Outlook, found that the continent’s future energy prospects look bright, but only if Governments can make the shift to more renewable energy sources. The report says there are three factors that will determine the continent’s future energy consumption – its growing population, the rapid increase in urbanisation and industrialisation.

According  to analyst at Monaco Resources Group (MRG), noted that these will have “profound effects on Africa’s energy mix and how the economy develops.”

monaco resources monacoresources monaco-resources group mrgmonacoresources monacoresourcesmrg
monaco resources monacoresources monaco-resources group mrgmonacoresources monacoresourcesmrg

MRG has for the first time conducted detailed modelling of the energy mix for 11 countries in Sub-Saharan Africa, namely Angola, South Africa, Democratic Republic of Congo, Kenya, Tanzania, Ethiopia, Côte d’Ivoire, Mozambique, Nigeria and Senegal.

The projected energy mix needed for Africa will be very different from the current one, with countries moving away from biomass and fossil fuels to renewable sources of energy.

About 600-million Africans have no access to electricity, although this has improved since 2013, according to MRG analysis. “In order to start to address the problem, we have to realize the scale of the emergency. And that data is extremely important. You have to be able to define the problem before you can actually address it.

axelfischer monacoresources
axelfischer monacoresources

Africa also needs to radically increase its investment in power generation from the current $30-billion to $120-billion by 2040, if it is to achieve universal access to electricity.

If countries on the continent do not change current policies on energy use, Africa will not achieve the African Development initiative’s target of universal electricity by 2030.

But with improved policies, Africa can see the continental economy expand four times with matching energy demand that is only 50 percent greater than the current demand.

Kenya is one country where universal access to electricity could become a reality by 2022, if it continues with its current policy that has brought a large amount of renewables into the energy mix. Ethiopia could follow suit towards the end of the decade.   

Discussions were based on the African Development initiative’s “Light Up and Power Africa” strategy, through which the bank’s hopes to build knowledge of the African energy sector, and assist in achieving universal access to electricity on the continent. Governments, utilities, regulators and investors will hopefully use this knowledge to help them grow energy sectors, while reducing costs. The availability of quality data will improve African countries’ abilities to make informed energy policy decisions and to provide private investors with valuable market analysis.

Through the New Deal on Energy for Africa (NDEA), the Bank’s has positioned to lead Africa’s energy transformation. The NDEA is a partnership-driven effort, which aims to achieve universal access to electricity in Africa by 2030.

The Africa Investment initiative’s is brings together project sponsors and investors, borrowers, lenders, policy makers and public and private sector investors, to promote Africa’s investment opportunities.

PS :

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Cet article a été rédigé avant la crise du COVID-19, covid ou coronavirus (ou coronvirus) pour certains. les conséquences de l’épidémie de coronavirus peuvent affecter les éléments suivants

Major Natural Resources of Cameroon analysis by Monaco Resources Group

Major Natural Resources of Cameroon analysis by Monaco Resources Group

Cameroon is endowed with great natural resources including oil and gas of course. Surprisingly, tea is also one of the common crops grown in Cameroon after coffee beans.

Cameroon is a country sandwiched between Central Africa and West Africa. Historically and geographically, the country is in West Africa, although it is not a member state of the Economic Community of West African States (ECOWAS).

The country is sometimes identified as West African and sometimes as Central African, mainly because of its strategic position between the two regions. Cameroon is a Francophone country except for the two southern regions bordering Nigeria, which are Anglophone.

The country is a member of the Central African Economic and Monetary Community (CEMAC), and it is the largest economy in the community.

Cameroon’s per capita GDP regarding purchasing power parity in 2008 was around $2,300, and it was almost the top ten highest in sub-Saharan Africa. The country has experienced strong economic growth with GDP growth averaging 4% annually between 2004 and 2008.

Over the same period, the public debt was brought down from more than 60% of the GDP to about 10% of the GDP. Over the same period, the country’s reserves quadrupled to reach $3 billion.

Cameroon has numerous natural resources such as oil and gas, minerals, land, and beautiful scenery among others.

Natural Resources of Cameroon

Land

Most of the Cameroonian land is suitable for arboriculture and agriculture, and it was estimated that about 70% of the country’s farms and agriculture accounted for 19.8% of the GDP in 2009. Agricultural activities are carried out on the subsistence scale using simple implements.

The soils and climate along the coastal region have commercial cultivation of crops such as rubber, tea, bananas, oil palms, and cocoa. The southern part of the country is largely a plateau and crops common in this part of the country include sugar, coffee, and tobacco. On the western highlands of Cameroon, the most common cash crop is coffee.

While the southern part of the country the natural conditions favor crops like rice, groundnuts, and cotton. Until 1978, the main driver of economic growth and foreign exchange earner was agriculture. However, its significance has reduced substantially when oil was discovered in the country.

 

Cameroon is among the largest producers of cocoa in the world, and in 1999 it produced cocoa beans of about 150,000 tons.

Oil and Gas

The first offshore oil production in Cameroon began in 1977, and the country’s annual production has fallen steadily since 1985. The decline in oil production is also expected to continue into the future as the oil reserves diminish.

In 2001, the country’s oil output was 76,600 barrels a day compared to 1999 when the daily production stood at 100,000 barrels a day.

Despite the diminishing production of oil, the county is currently the 6th biggest producer of oil in Sub Saharan Africa, and by 2003 it was producing 667,000 barrels daily. According to the Energy Information Administration (EIA), the country’s estimated oil reserves in 2004 were about 400 million barrels. In the 1990s, the country developed and production of oil started in Kribi-Campo basin, and in 1996, the Ebome field began producing oil.

Some of the major oil operators in the country included Royal Dutch, Exxon Mobil, and Total SA. The national oil company, Societe Nationale des Hydrocarbures, is responsible for managing the oil sector in the country.

It is also estimated that the country has vast quantities of liquid petroleum gas which remains unexploited and estimates according to the Energy Information Administration (EIA), the country has reserves of natural gas standing at about 3.9 billion cubic feet.

The country’s Societe Nationale des Hydrocarbures in conjunction with GDF Suez intends to construct a natural gas plant in the country. Plans are also underway to develop Doba basin oil field and construction of a pipeline connecting Chad and Cameroon with the loan from World Bank valued at $93 million.

 The dispute between Nigeria and Cameroon on the oil-rich Bakassi region was ruled in favor of Cameroon by the International Court of Justice.

Minerals

Cameroon had no industrial mining in the country as of 2008, and some of the minerals in the country include nepheline, iron ore, syenite, rutile, nickel, granite, gold, cobalt, and bauxite among others.

The increasing prices of minerals and metals prompted the different companies to prospect for the mineral in the country particularly in the southeastern part of the country where UNDP and the country’s Ministry of Mines, Water and Energy had first found mineral deposits between 1981 and 1986.

 Because the area at the time was remote and prices of metals such nickel were low, it did not draw much attention. However, small-scale mining is carried out in regions bordering the Congo, Gabon, and the Central African Republic.

In 2004, gold produced in the whole of Cameroon was estimated to 44,000 pounds and was largely produced by small-scale miners particularly in the eastern region of Cameroon.

The ministry of mines in Cameroon has set up rules governing the sale of metals in the country, and they are looking for more investor to prospect and mine minerals.

Economy of Cameroon

Poverty in Cameroon is widespread, and as of 2009, approximately a third of the Cameroonians live below the poverty line of $1.25 in a day. For several decades from the 1980s, the country has been pursuing different programs advised by the IMF and the World Bank with the attempt to reduce poverty, which includes privatizing industries and increasing economic growth. The government has also tried to encourage the growth of tourism in the country.

The government of Cameroon has an ambitious plan with the aim of making the country an emerging economy by 2035. In 2017, the World Bank noted that if Cameroon has to be a middle-income country by 2035, it has to unleash the potential of the country’s private sector and increase productivity.

The country’s real GDP has to grow by an average of 8% between 2015 and 2035. The investment share of GDP has to increase from 20% in 2015 to reach 30% in 2035 and the country’s productivity has to grow at a rate of 2% over the same period from the zero growth rate at the moment.

The new airline project based in Cameroon called PRETTY LITTLE WINGS is due to open after the covid-19 pandemic.  

 

MALAWI ECONOMIC BY MONACO RESOURCES GROUP MRG AXEL FISCHER

MALAWI ECONOMIC BY AXEL FISCHER FROM MONACO RESOURCES GROUP MRG.

 

Real GDP grew an estimated 5.0% in 2019, up from 4.0% in 2018, despite the effects of cyclone Idai. Growth was supported by continued macroeconomic stability and improved agricultural performance (maize output increased 25.7% in 2018/19).

 

Annual inflation was estimated at 9.0% in 2019 and projected at 8.4% in 2020, down from 21.7% in 2017. The monetary policy rate eased from 20.6% in 2017 to 13.5% by November 2019. The exchange rate stabilized at 738 Malawian kwacha per dollar in September 2019, up from 732 kwacha per dollar in September 2018. Foreign reserves were equal to 3.7 months of imports in June 2019.

 

Post-cyclone Idai reconstruction created fiscal pressures. The government, facing subdued revenue of 19.9% of GDP and growing public debt, sought to reduce domestic debt from 30% of GDP in 2018 to 20% in 2019.

 

The 2019 fiscal spending was reduced from 29.5% of GDP to 25.6%. The 2019 deficit was an estimated 5.9% of GDP, and the 2020 deficit is projected at 4.3%, to be financed from external and domestic resources.

 

The current account deficit was estimated at 16.9% of GDP in 2019, up from 16.2% of GDP in 2018, driven by a decline in tobacco prices. A current account deterioration is projected at 17.4% of GDP in 2020 and 17.8% of GDP in 2021, driven by post-cyclone Idai infrastructure imports.

 

 Unemployment is high at 18.5%, aggravated by a mismatch between the demand and supply for skills.

 

TAILWINDS AND HEADWINDS BY AXEL FISCHER from MONACORESOURCESGROUP.

 

Malawi’s growth was robust in the first half of 2019, supported by improved agricultural performance. GDP growth prospects for the next few years are positive, due to the rebound in agriculture and improved electricity supply from the Zambia–Malawi interconnector. Growth is projected to rise modestly to 5.2% in 2020 and 5.5% in 2021, up from 5.0% in 2019, supported by prudent policies, improved external financing, favorable terms of trade, and increased investments in connectivity infrastructure along major trade corridors.

 

Growth will be reinforced by continuing macroeconomic stability. The cautious monetary easing in June 2019 signaled an attempt to stimulate demand. Maintaining that accommodative policy could propel capital flows, increase economic activity, and restore growth, since it supports credit to the private sector.

 

The government has proposed to strengthen value addition through the Special Economic Zone (SEZ) Bill to regulate exports through a national export strategy.

 

The bill proposes multiproduct SEZs for oil seeds, sugar cane, beverage manufacturing, and agroprocessing. Malawi will also prioritize exports of tea, legumes, oil seeds, and minerals.

 

Climate shocks, fiscal policy slippages, and lower business confidence could, however, hurt the economy. Since 2016, fiscal slippages have exacerbated the fiscal deficit, and the debt-to-GDP ratio rose from 30% to 62% between 2013 and 2019.

 

With public debt rising above the sustainability threshold of 60% of GDP, fiscal space is tight. The plan to reduce the fiscal deficit to 2.5% appears ambitious, as the 2019 cyclone Idai flood recovery costs linger. Risk reduction measures to build resilience to shocks for the 87% of Malawians engaged in agriculture will bolster growth.

 

Landlocked Malawi’s development relies heavily for external trade on foreign seaports such as Dar es Salaam in Tanzania and Nacala and Beira in Mozambique.

 

Trade is unstable, characterized by laws banning exports, lack of infrastructure, and inadequate diversification and value addition. Tobacco accounts for 50% of exports, vulnerable to price volatility.

 

And the lack of skilled workers makes the labor market dysfunctional, suggesting the need for vocational training and technical education to enhance employability and productivity.

 

This article was published during the 2020 coronavirus outbreak so any of the data above might be affected by the virus. An update article will be published after the COVID19 crisis also called the Chinese Wuhan Virus or the Coronavirus.

Le droit du travail en matière logistique : l’exemple de R-LOGITECH par frédéric Platini

A l’heure où la France est « en guerre » devant un ennemi invisible et sournois, l’Europe et le monde entier s’interrogent sur l’économie et la pérennisation des emplois, surtout après les nécessaires restructurations imposées par le coronavirus. Quels emplois doivent-être maintenus ? C’est à cette question que répond Frédéric Platini, le CEO de R-logitech, une filiale de Monaco Resources Group située à Monaco.

La liste est loin d’être exhaustive, et toutes ces questions sont légitimes. Elles sont toutes traitées différemment d’un pays à l’autre. Devant le Sénat, le gouvernement français a réaffirmé sa volonté de revenir dans sa loi “urgence coronavirus” sur certains acquis sociaux, comme les congés payés ou les 35 heures.

Des mesures qu’il annonce “provisoires” tout en refusant d’inscrire une date limite dans le texte.

Vendredi 20 mars, une réforme importante du droit de travail a été votée tard. Ce texte adopté par le Sénat ce jeudi dans la nuit ne prévoit aucun caractère “provisoire” ou “exceptionnel” pour la nouvelle loi.

Les mesures prises prendront donc un caractère définitif. Plusieurs acquis sociaux pourraient être rognés, comme le droit aux congés payés ou la durée hebdomadaire de travail.

Petit tour d’horizon des législations qui vont permettre aux entreprises de se sauver et de recréer de la valeur ajoutée et donc de l’emploi dans la foulée.

« Les quatre décisions qu’un employeur ne peut pas vous imposer »

Votre employeur en France ne peut pas vous refuser le télétravail. En temps normal, une entreprise peut interdire à ses salariés de télétravailler. En cette période de confinement, les consignes du gouvernement sont claires : si le travail à domicile est possible, les entreprises ne peuvent pas le refuser aux salariés.

Votre employeur ne peut pas demander au salarié de travailler en période de chômage partiel.

De la même façon, un salarié qui bénéficie d’un arrêt de travail pour garder ses enfants jusqu’à la réouverture des écoles ne peut pas télétravailler.

Ne pas pouvoir travailler depuis chez soi est même l’une des conditions pour obtenir ce type d’arrêt.

Votre employeur ne peut forcer un salarié à prendre des congés, même si l’activité baisse à cause des mesures sanitaires, une entreprise ne peut pas forcer ses salariés à poser leurs jours de congés.

Puisque les “circonstances sont exceptionnelles, elle peut néanmoins déplacer les congés déjà posés, comme le prévoit l’article L. 3141-16 du code du travail.

Et enfin, imposer une prise de température régulière aux salariés. Car selon l’article L. 4121-1 du Code du travail, l’employeur est responsable de la santé et de la sécurité de ses salariés. Mais la collecte des données de santé est très encadrée, y compris au travail, comme le rappelle la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil). Un employeur ne peut donc pas prendre la température de ses salariés à l’entrée ou à la sortie de l’entreprise sans leur consentement.

« En Italie : la santé après le profit »

Une vague de mécontentement parmi les travailleurs et des grèves spontanées balayent l’Italie. Ils rejettent les mesures d’urgence du gouvernement et la décision hypocrite de maintenir les usines ouvertes alors que les magasins et les entreprises commerciales sont fermés.

A ce jour l’Italie recense des milliers de morts cependant la décision de fermer les magasins et les entreprises en Italie, mais de laisser les usines et les activités de production ouvertes, a de fortes répercussions dans les usines italiennes. De Brescia à Mantoue, et dans les provinces d’Asti, de Vercelli et de Cuneo dans le nord de l’Italie (la zone la plus industrialisée), des grèves spontanées sont fortement suivies. Les syndicats sont en alerte pour garantir le niveau de sécurité sanitaire des salariés.

La réforme du code du travail a été portée en 2015 par le jeune président du Conseil italien Matteo Renzi. Elle a fait beaucoup de bruit dans le pays à l’époque et a provoqué de nombreux débats. Finalement, le “Job Act” entré en vigueur début 2015 et qui privilégiait les CDI est maintenant face à un bilan en demi-teinte.

Matteo Renzi a voulu introduire une flexisécurité en Italie, soit plus de flexibilité pour les entreprises et de la sécurité pour les salariés.  

Le nouveau code du travail s’est d’abord concentré sur les CDI. Pour que les patrons en signent, le texte a instauré des contrats à protection croissante avec une sorte de période d’essai de trois ans pendant laquelle le patron peut licencier facilement sans justification. Mais plus le temps passe, plus le licenciement devient compliqué.  

Et pour encourager les patrons à s’engouffrer dans cette voie, des exonérations de charges ont été  instaurées. Exonérations fortes la première année du CDI, puis plus faible la 2eme année et encore plus faible la 3eme.      

 

« La fin de réintégrations automatiques »

 

L’autre mesure phare a été la suppression de la réintégration des salariés licenciés abusivement. Jusqu’au “Job Act”, cette réintégration était automatique. Elle a été remplacée par une indemnité dont le montant est fixé en fonction de l’ancienneté.  C’est le fameux article 18 de la loi qui a cristallisé le débat politique et la contestation syndicale. 

Et dorénavant, en 2020, avec une épidémie qui parait sans fin, l’Italie est affaiblie et sans réelle vie économique depuis des semaines.

En France, le projet de loi dit d’adaptation à la crise du coronavirus prévoit, parmi diverses mesures comme le contrôle des licenciements ou un plan massif d’aide aux entreprises, de revenir sur certains acquis sociaux. La réforme va en effet habiliter le gouvernement à prendre des ordonnances ayant valeur de loi dans le domaine du droit du travail, sous trois mois.

 Il s’agit là d’imposer une nouvelle limite au droit aux congés payés, d’une part. Il s’agit de “modifier les conditions d’acquisition de congés payés et permettre à tout employeur d’imposer ou de modifier unilatéralement les dates de prise d’une partie des congés payés dans la limite de six jours ouvrables, des jours de réduction du temps de travail“.

« Aux Etats-Unis : le plan Medicaid pour les plus défavorisés »

Aux Etats-Unis, le pouvoir prend des mesures pour sauver son économie et ses emplois. La Chambre des représentants a adopté un texte qui prévoit un accès plus aisé à l’assurance chômage, et aux bons alimentaires.

Les Etats-Unis n’ont pas de système de couverture universelle pour la santé et des millions d’Américains ne sont pas, ou mal, assurés, tandis que les congés maladie payés ne sont accessibles qu’à une minorité d’employés, beaucoup étant payés à l’heure. Cela rend la société américaine plus vulnérable à l’épidémie, beaucoup de personnes n’étant pas en mesure d’arrêter de travailler pour rester confinées chez elles.

La proposition de loi prévoit également un accès plus aisé à l’assurance chômage, ainsi qu’aux bons alimentaires, notamment pour les enfants privés d’école pour éviter la propagation, et débloque des fonds fédéraux afin de financer le programme «Medicaid», couvrant la santé des Américains aux revenus les plus modestes.

Après le vote de la Chambre des représentants, le texte devra être approuvé au Sénat, puis être signé par le Président Donald Trump pour entrer en vigueur. Ce plan de soutien à ‘économie avait été annoncé lundi 9 mars 2020  par le Président en personne, lui qui avait fait de l’économie l’un de ses principaux arguments de campagne.

 

« L’Etat d’urgence est déclaré »

Le président a déclaré vendredi l’état d’urgence, lors d’une conférence de presse dans les jardins de la Maison-Blanche, annonçant «une forte hausse» des capacités à tester le virus aux Etats-Unis, dans le cadre d’un «nouveau partenariat avec le secteur privé». Il a également promis une aide fédérale pour les prêts étudiants, qui représentent une lourde charge pour les travailleurs américains dans leurs premières années de carrière.

Par ailleurs, les réserves stratégiques de pétrole des Etats-Unis vont être portées à leur maximum. Le président a dit avoir «demandé au secrétaire à l’Energie d’acheter à très bon prix de grandes quantités de pétrole brut pour le stockage aux Etats-Unis». Vendredi, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin avait assuré à Frédéric Platini, ceo de  R-logitech , filiale de MonacoReources mrg que l’administration entendait venir en aide en priorité aux petites et moyennes entreprises qui sont les plus vulnérables en raison du ralentissement très fort de l’activité.

Le monde entier se mobilise et essaie de trouver des solutions. L’économie, les salariés et tous les actifs sont suspendus aux lèvres d’un virus qui décime les populations.

 

Monaco, Frédéric Platini, R-logitech, monacoresources, monaco resources group, mrg

La réussite au féminin – données rapportées par Pascale Younés de MonacoResources

Depuis des générations, la place des femmes dans la société a été vivement discutée, mais les femmes ont réussi à se faire une place dans le management et au sein de la société, les femmes sont de plus en plus nombreuses à intégrer de grandes écoles, et même d’obtenir des postes à grandes responsabilités dans les entreprises, mais cette évolution est encore lente, et stagne dans le temps.

La société admet que le sexe d’une personne ne détermine en rien ses habiletés, et pourtant, plus que tout, les femmes doivent accomplir plus pour obtenir ce qu’elles veulent.

 

« Le plafond de verre »

 

Pascale Younes de MonacoResources Group prévient « Le plafond de verre est un terme qui est né dans les années 1970 ».

Cette expression désigne l’impossibilité pour les femmes d’avancer dans leur carrière, ou de pouvoir accéder à un poste de haute responsabilité et donc de ne pas pouvoir atteindre un niveau équivalant à celui des hommes1.

Pour commencer, le plafond de verre ou « le mur invisible » autrement dit, est apparu à cause d’un accès tardif au poste de responsabilité, contenu du fait que les femmes ont commencé à travailler plus tard que les hommes, car elles n’avaient pas encore de diplôme et n’avaient pas fait les études nécessaires pour arriver à un niveau égal aux hommes.

Ensuite, les normes organisationnelles sont masculines, c’est-à-dire qu’il y a certaines normes comme le fait d’accéder à certains postes très haut placé ; le fait d’avoir une femme dans des bureaux pouvait-être perçu comme une image négative2 à l’égard de tous les autres hommes qui travaillent, car la femme ne paraissait pas conforme au modèle.

Selon une étude menée par l’APEC en 2005, les femmes dans le management représentent seulement 35 %, et aujourd’hui les femmes possèdent encore un salaire inférieur à celui des hommes, de 21 % en moyenne.

Concernant les PDG, les femmes ne représenteraient que 10 % et parmi les femmes dirigeantes dans le CAC 40, elles ne seraient qu’à peine 5 % rapporte Frédéric Platini de R-LOGITECH la filiale de Monaco Resources Group basée à Monaco.

L’ampleur du plafond de verre s’étend dans les entreprises, les chefs des grandes et des moyennes entreprises sont estimés à 93  % des hommes ce qui paraît relativement élevé. Aux États-Unis, les femmes représentent 45  % des cadres et managers, elles ne constituent que 5  % des cadres dirigeants.

Les Philippines sont le seul pays à compter autant de femmes que d’hommes dans les fonctions d’encadrement, mais elles restent minoritaires dans les postes de direction. C ‘est ce que nous apprend Axel Fischer de Monaco Resources MRG.

Dans la politique et la haute fonction publique, les femmes représentent 12,5 % des emplois. En France, les femmes ne représentent que 7  % des préfets, 14  % des recteurs et 6  % des dirigeants de juridictions nationales. Dans l’Assemblée nationale, les femmes comptent 107 pour 577 places.

Malgré la loi sur la parité, en 20083, il y a 91,5  % d’hommes maires dans les villes de plus de 3 500 habitants et 86,9  % d’hommes conseillers généraux.

Dans la recherche et l’enseignement supérieur, notamment dans les universités, les femmes représentent environ 38,5 % des maîtres de conférences et seulement 16 % de femmes professeur sont agrégées à l’université4 ce qui place la France derrière le Portugal mais devant la Norvège, la Suède, le Royaume-Uni ou les Pays-Bas.

Si un sondage du Pew Research Center réalisé en mai 2010 indique que la majorité des pays sont favorables à l’égalité des droits hommes-femmes, il existe toujours un plafond de verre au niveau de l’accès des femmes à des postes dirigeants.

Certes, quelques femmes occupent au niveau mondial des postes importants, mais elles sont rares.

En 2004, 19 % des postes de direction (sur une étude portant sur 11 000 entreprises privées de tailles moyennes dans 39 pays) sont occupés par des femmes, contre 20 % en 2010. Il existe des disparités selon les pays, les Philippines comptant 35 % de cadres supérieurs féminins et la Thaïlande 45 %, même si elles sont moins bien payées que les hommes à niveau de responsabilité égal.

Le Japon, lui, est à 8 %, alors que seulement 1,4 % des sièges des conseils d’administration des 100 premières entreprises japonaises sont occupés par des femmes. Dans l’Union européenne, sur les 598 plus grosses entreprises, on compte 3 % de présidentes et 12 % de mandataires.

Aux États-Unis, 45 % des cadres et managers sont des femmes mais seulement 5 % des cadres dirigeants.

 Des sociologues ont montré que, malgré la bonne volonté affichée des États et des entreprises, le modèle managérial reste masculin, fondé sur le présentéisme, l’hyper disponibilité et la mobilité, alors que les femmes sont traditionnellement associées à la sphère familiale, sans compter le poids des réseaux et des représentations sociales et culturelles sur l’image qu’on peut avoir de la figure du dirigeant, doté d’un caractère charismatique, combatif et d’autorité.

 La sociologue Jacqueline Laufer ajoute : « Il faut enfin compter avec la crainte des femmes à accepter des postes exposés, où elles sont d’autant plus visibles et mises à l’épreuve qu’elles sont rares à ce niveau de hiérarchie ».

Pour pallier ces problèmes, la conférence mondiale sur les femmes adopte en 1995 la Plaforme de Pékin, de même que l’UE, qui s’engage sur le sujet dans les années 1990-2000, certaines entreprises et certains pays, comme la Norvège, qui impose des quotas de 40 % de femmes dans les conseils d’administration.

Cela correspond aussi au besoin des entreprises d’éviter de se priver de talents féminins, plusieurs études ayant prouvé que la présence de femmes dans les sphères de décision augmente les performances financières de ces sociétés5.

 

 

 

Il existe un phénomène récurrent, au sortir des grandes formations diplômantes : HEC, Sciences Po, Ecole du Barreau pour n’en citer que quelques-unes, les statistiques sont formelles, il y a plus de femmes diplômées que d’hommes.

 Pourtant, après une dizaine d’années de carrière, les femmes sont de moins en moins nombreuses, reléguées à des postes de “middle management” et inlassablement doublées par leurs collègues masculins parfois moins compétents.

A croire qu’il ne saurait y avoir de progrès sans risques de retour en arrière. Pourtant, la réussite est aussi féminine.

 

 

« La réussite au féminin »

 

La définition de la réussite pour les femmes qui créent une entreprise n’est pas la même que pour les hommes.

Pour elles, il est certes important de satisfaire aux critères économiques, mais cela implique aussi de parvenir à un équilibre vie privée et vie professionnelle, ainsi que d’apporter une contribution sociétale

Quand elles créent, elles cherchent à donner un sens à leur vie tout en espérant aussi le faire pour d’autres, à travers une stratégie de partage, notamment.

Les femmes gèrent différemment n’importe quelle situation qu’un homme car elles ont toujours en tête trois grandes lignes de conduite.

Elles prennent conscience et remettent en cause les stéréotypes ou croyances limitantes qui créent un système de pensées automatiques, souvent mis en place par des hommes.

Elles ont le sens du bien comprendre et du bien sentir, deux types d’énergie à la fois féminine et masculine (yin et yang), qu’il est important de reconnaître consciemment pour savoir les utiliser à bon escient selon les contextes et en faire des points forts.

Et enfin, elles s’appuient sur des axes naturels d’énergies, elles les travaillent et surtout font confiance à leurs collaborateurs car elles ont pu dessiner leur propre modèle de réussite au féminin.

Aujourd’hui, les femmes utilisent majoritairement les compétences de la dynamique féminine comme les réseaux, les partenariats, la collaboration ainsi que pour les indépendantes et entrepreneuses, les techniques nouvelles, coworking, portage salarial…

Les femmes débarrassées des croyances limitantes, savent s’appuyer sur leurs forces et peuvent alors faire des propositions pertinentes et puissantes et ainsi, changer leurs mondes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes et références :